Tu as entre 25 et 35 ans ?

Tu veux donner du goût à ta vie ?

         

Nous t’accueillons au monastère pour un petit temps, tout au long de l’année

pour partager notre vie de prière et de service

      

 


 

58ème journée des vocations, dimanche 25 avril 2021

A cette occasion, le Pape François nous communique un beau message autour du thème :
« Saint Joseph, le songe d’une vocation » cette année 2021 lui étant consacrée.

Vous pouvez lire son message en cliquant sur le lien ci dessous :
Message pour la 58e Journée mondiale de prière pour les vocations (catholique.fr)

Extrait de l’invitation du Pape François : « Dieu a soif de vous »

Mon jeune frère de recherche, je voudrais t’initier en te donnant en cadeau des mots pleins de la grande estime et de la confiance que je place en toi et en tous les jeunes.
Peut-être as-tu ouvert les Evangiles et écouté ce que Jésus a dit un jour dans le célèbre Sermon sur la montagne : « demandez, on vous donnera, cherchez, vous trouverez, frappez, on vous ouvrira. En effet quiconque demande reçoit, qui cherche trouve, à qui frappe, on ouvrira. » (Mat 7.7-8). Ce sont des paroles fortes, pleines d’une promesse grande et exigeante. Est-il vrai que si je demande au Seigneur, Il écoutera ma requête, que si je Le cherche, je Le trouverai, et que si je frappe, IL m’ouvrira ?
Je comprends tes doutes et j’apprécie tes questions, mais elles m’interrogent aussi et me font penser à un autre passage de l’Ecriture qui, placé à côté des paroles de Jésus, me semble les éclairer dans toute leur profondeur. Dans le livre de Jérémie, le Seigneur dit par l’intermédiaire du prophète : « Vous me chercherez et vous me trouverez ; oui, recherchez-Moi de tout votre cœur. Je me laisserai trouver par vous » (Jérémie 29.13-14). Dieu se laisse trouver, oui, mais seulement par l’homme qui le cherche de tout son cœur.
Ouvre les Evangiles, lis les rencontres de Jésus avec les personnes qui venaient à lui et tu verras comment, pour certaines d’entre elles, ses promesses se sont réalisées. Ce sont celles pour qui trouver une réponse était devenu une question essentielle. Le Seigneur s’est laissé trouver par l’insistance de la veuve, par la soif de vérité de Nicodème, par la foi du centurion, par le cri de la veuve de Naïm, par le repentir sincère du pécheur, par le désir de santé du lépreux, par le désir de lumière de Bartimée. Chacun de ces personnages aurait pu, à juste titre, prononcer les mots du psaume 63 : « Mon âme a soif de toi ma chair a soif de toi, comme une terre aride sans eau. »
Celui qui cherche trouve s’il cherche de tout son cœur, si pour lui le Seigneur devient vital comme l’eau pour le désert, comme la terre pour une graine, comme le soleil pour une fleur. Et ceci, si l’on y réfléchit bien, est très beau et très respectueux de notre liberté : la foi n’est pas donnée de manière automatique, comme un don indifférent de ta participation, mais te demande de t’impliquer en première personne et avec toute ta personne. C’est un don qui veut être désiré. C’est, par essence, l’Amour qui veut être aimé.
Cherche-le de tout l’élan de ton cœur, prie, demande, crie, et tu le trouveras, comme il l’a promis. Le Seigneur désire que tu le cherches pour qu’il te trouve. Dieu a soif que nous ayons soif de lui, afin qu’en nous trouvant ainsi, il puisse enfin nous rencontrer. Celui qui nous invite à frapper, se présente en réalité le premier à la porte de notre cœur : « voici que je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi. » (Ap 3.20)
Le Seigneur ne se lasse pas de venir à notre rencontre, de nous chercher comme le berger cherche la brebis perdue, comme la femme de la maison cherche la pièce dispersée, comme le Père cherche ses enfants. Il continue à appeler et attend patiemment que nous répondions.